Beaucouzé. La Borderie, un nouvel équipement de convivialité
28 septembre 2019

Angers - L’immobilier monte en gamme



Le +


AB Ingénierie a conçu ce projet de logements en collaboration avec le cabinet d'architecture Rocheteau Saillard pour le groupe GIBOIRE.

Les constructions de résidences haut de gamme se multiplient à Angers. Marché de niche ou attrait nouveau pour le territoire ? Explications en marge du Salon de l’Habitat-Immobilier, qui démarre ce vendredi 27 septembre.

Un million d’euros. L’appartement le plus spacieux (160 m²) du Cour Saint-Rémy flirtera avec ce prix symbolique. Un record sans doute pour un logement neuf à Angers.

La commercialisation de ce programme haut de gamme, localisé rue Hanneloup, à deux pas du boulevard Foch, sera lancée le 10 octobre par le Groupe Giboire.

« La situation géographique, la complexité du projet, la hausse des prix de la construction, la qualité des prestations : tous ces éléments se répercutent sur les tarifs », justifie le directeur des programmes, Jean-Claude Maillard.

Le promoteur rennais, qui investit plus de 16 millions d’euros TTC dans cette opération, vise une clientèle plutôt locale et « vieillissante », des habitants qui pour certains habitent le quartier et souhaitent laisser leur maison contre un habitat collectif, « pour des raisons de fonctionnalité et de sécurité ».

« On observe une évolution significative des prix de vente »

Il leur faudra débourser entre 6 000 et 6 500 € du m² pour réserver un des 35 appartements de cette résidence, soit exactement le double du prix moyen des 310 logements neufs vendus au premier semestre dans l’agglomération angevine (3 250 €, hors parking).

Si cette offre atteint des sommets, elle est loin d’être un cas isolé. D’autres opérateurs ont visé le dessus du panier récemment à Angers. On se souvient de Bouygues Immobilier qui avait vendu 145 logements de standing dans le Square Adélaïde en 2016 (prix de vente moyen : 3 700 € du m2) puis 46 autres appartements dans la rue des Arènes en janvier (4 100 €). On pense aussi au groupe Réalités qui s’apprête à livrer Le Carat, place de la Visitation (11 logements ; 6 000 €), ou à la société parisienne Histoire et Patrimoine qui veut aménager 39 logements dans une ancienne manufacture de La Doutre (4 000 à 4 500 €).

« On observe une évolution significative des prix de vente à Angers, de l’ordre de 7 % dans le neuf ces deux dernières années. L’ancien n’échappe pas à la tendance. La ville était pourtant restée assez sage jusque-là, confirme Bertrand Mours, président de l’Observatoire Oloma. Il se passe quelque chose, ici comme dans toutes les métropoles qui mettent en avant la qualité de vie pour donner envie d’investir, a fortiori sur des emplacements privilégiés ».

Tension immobilière à 17 %

Un indicateur publié à la rentrée dans une étude du réseau MeilleursAgents résume cette attractivité : Angers figurait parmi les villes où la tension immobilière (rapport entre l’offre et la demande, tous biens confondus) est actuellement la plus forte (17 %), à distance certes de Nantes (23 %) et Rennes (18 %), mais devant Saint-Nazaire (14 %), Tours ou Le Mans (13 %).

La moindre parcelle qui se libère en centre-ville est plus que jamais convoitée. Cela aurait pu être le sort de l’ancienne patinoire du Haras. « On a été assailli par les promoteurs. La plupart avaient des offres très alléchantes », rapporte l’adjoint à l’urbanisme, Roch Brancour.

La Ville a préféré les décliner, confortant ainsi la vocation sportive de cet équipement. Une façon de veiller à l’équilibre du marché en soutenant la production de logements neufs plus abordables dans les quartiers périphériques, destinés pour partie à la location grâce au retour, acté cet été, du dispositif Pinel.

Le loyer moyen charges comprises pour se loger à Angers est de 484 € pour 37 m2 en moyenne, ce qui correspond à 13,08 € du m² contre 15,67 € à Nantes. Dans une ville qui compte deux tiers de locataires, les chambres se louent en moyenne 328 € pour une surface de 14 m2, les studios 375 € pour 22 m2, les appartements T1 433 € pour 29 m2, les T2 502 € pour 41 m2 et les T3 683 € pour 62 m2. Les T4 se négocient en moyenne à 791 € et les maisons à 986 €, selon LocService.fr, spécialiste de la location entre particuliers qui s’est basé sur 2 478 offres ou demandes enregistrées sur les douze derniers mois.
Angers L’immobilier monte en gamme
ARTICLE - COURRIER DE L'OUEST – 27 septembre 2019
Lire l'article